Le Ploiesti d'autrefois

le ploiesti d'autrefois Considérée comme une ville sans histoire, Ploiesti est "la ville moche la plus belle de Roumanie" selon le titre d’un livre qui réunit les mémoires de plusieurs habitants de Ploieşti, ressuscitant le charme de cette ville à 60 km distance de Bucarest

À 60 km de Bucarest, sur la route vers la Vallée de Prahova, la région montagneuse la plus populaire de Roumanie, se trouve la ville de Ploieşti, la capitale de l'or noir, la ville de Moş Ploaie, le Vieux-Père Pluie, le siège de la première république roumaine, mais aussi... « la plus belle ville moche de Roumanie ». Cette dernière caractérisation se retrouve dans le titre d'un livre qui réunit les mémoires de plusieurs habitants de Ploieşti, ressuscitant le charme d'une ville qui a connu beaucoup de vicissitudes à travers le temps. 


À présent, « Ploieşti peut sembler une ville sans histoire. En fait, elle a eu la malchance d'être en même temps redevable au pétrole et condamnée par l'industrie du pétrole. L'or noir lui a apporté le développement fascinant du début du XXème siècle, mais c'est toujours à cause du pétrole qu'elle a trouvé son anéantissement », affirme l'historien Lucian Vasile, un des initiateurs du volume « Combien une ville moche peut être belle». En fait, l'histoire de Ploieşti n'a pas nécessairement commencé avec les riches gisements de pétrole brut qui se trouvaient à proximité. Comment était la ville de Ploieşti avant l'expansion de l'industrie pétrolière? 


Lucian Vasile répond: « Elle se trouvait au croisement de plusieurs routes commerciales et, par la suite, au XIXème siècle, le commerce a été la principale occupation des habitants de la ville. Et après, avec le développement des voies de communication entre Bucarest et la Transylvanie, Ploiesti est devenu un important nœud ferroviaire et de poste. La Gare du Sud était importante ; tous les chemins de fer qui partaient de Bucarest bifurquaient là et changeaient de route soit vers la Transylvanie, à l'ouest, soit vers la Moldavie, à l'est. Ploiesti, c'était plusieurs villes en une seule. Chacun de ses quartiers périphériques - les « mahalale » - avait sa propre identité. 


De nos jours, ce terme a une connotation péjorative, mais je ne suis pas d'accord avec cela. Les « mahalale »  avaient une église dans leur centre et le nom de chacune provenait de cette église-là: la « mahala » de Sainte Vendredi, de Saint Démètre, celle de Saint Elie etc. »Dès la moitié du XIXème siècle, plus précisément après 1857 quand la première distillerie pétrolière y a été créée, une époque de prospérité a commencé pour Ploieşti. À peu près à la même époque, un mouvement antimonarchique a proclamé, en août 1870, la première république roumaine qui a eu la durée de vie de juste... une journée. 


Cela n'a pas empêché la ville de Ploieşti de connaître, au début du XXème siècle, la période la plus florissante de son histoire, visible aussi dans son architecture, selon Lucian Vasile: « Il y a cette compétition assez paisible entre le style néo-roumain et l'architecture moderniste, avec des accents Art déco. Toutefois, les deux tendances ont coexisté et Ploieşti, tout comme Bucarest, s'est fait remarquer par le contraste et la diversité de l'architecture. À coté d'un bâtiment avec des forts accents néo-roumains se trouvait un immeuble plus petit, moderniste, puis il y avait une villa datant du XIXème siècle et près d'elle, un autre bâtiment du style néo-roumain. Ce n'était pas une ville unitaire, mais c'était justement à cause de cela qu'elle avait un charme particulier. C'était une ville avec des ruelles tortueuses, étroites, ce qui était désagréable pour les habitants de cette époque-là. Mais pour nous, aujourd'hui, cela est plutôt pittoresque, fascinant et provoque beaucoup de nostalgie... » 


Tout naturellement, la prospérité a engendré la croissance et la diversification démographique de la ville. Lucian Vasile précise que : « Cette compétition architecturale était aussi un fruit de l'éclectisme démographique. La communauté ethnique la plus grande de la ville était représenté par les Juifs, une communauté dont le nombre a beaucoup diminué aujourd'hui, par comparaison avec la période de l'entre-deux-guerres. À l'époque, les Juifs représentaient environ 5% des habitants de la ville. De même, il y avait des communautés consolidées d'Allemands, d'Italiens, de Hollandais, de Britanniques ou de Français. Au XIXème siècle, surtout, il n'y avait pas beaucoup de spécialistes en Roumanie, dans des domaines tels que les produits pharmaceutiques, l'architecture ou le bâtiment. C'est pour cette raison que beaucoup de Magyars de Transylvanie et beaucoup de Saxons et d'Italiens sont venus ici et ont construit toute une série d'immeubles dans le département de Prahova et dans la ville de Ploieşti. » 


Fortement avariés pendant les bombardements de 1944, beaucoup de bâtiments historiques de Ploieşti n'ont pas été restaurés et les communistes ont préféré les démolir pour moderniser la ville. Cela a fait que Ploieşti soit la première localité systématisée de la Roumanie communiste, son aspect diversifié d'avant ayant été remplacé par l'uniformité stylistique des bâtiments et des immeubles  avec des nouvelles habitations. La ville a été ainsi enlaidie, d'après certains. Pourtant, l'esprit d'autrefois des « mahalale » a perduré: les quartiers-dortoirs ont cohabité avec les maisons anciennes, qui ont survécu en même temps que certaines traditions typiques à la périphérie, où le rural rencontrait l'urbain. (trad. Nadine Vladescu)


www.rri.ro
Publicat: 2018-03-02 13:48:00
Vizualizari: 0
TiparesteTipareste