Efforts gouvernementaux pour renforcer le milieu des affaires

efforts gouvernementaux pour renforcer le milieu des affaires En Roumanie l'évolution des PMEs ne connaît pas la même dynamique qu'en Occident.

L'économie globale repose de plus en plus sur les PMEs. Au niveau européen, celles-ci représentent 99% du total des compagnies, elles assurent 2/3 des emplois dans le secteur privé et contribuent avec plus de 50% à la valeur ajoutée créée par les entreprises de l'UE. La Roumanie ne fait pas exception à la règle, seulement l'évolution des PMEs n'y connaît pas la même dynamique qu'en Occident. Selon les statistiques, notre pays occupe la dernière place parmi les Etats de l'UE pour ce qui est de la densité de PMEs actives. Au niveau gouvernemental, le ministère roumain du Milieu des affaires s'est proposé de stimuler la création de politiques et de projets visant à soutenir tout particulièrement les PMEs. Un paquet de lois a été élaboré récemment pour créer un milieu plus prédictible, plus amical et offrir plus de sécurité aux PMEs. 


Dans une interview en exclusivité pour RRI, parmi tous ces documents législatifs, le ministre roumain du Milieu des affaires, du Commerce et de l'Entrepreneuriat, Ilan Laufer, s'est rapporté avant tout à la loi relative à la prévention, déjà avancée au Sénat. 

Ilan Laufer: « Cette loi est censée créer un équilibre entre les autorités de contrôle de l'Etat et les contribuables. Au delà d'un certain nombre de contraventions, les autorités de contrôle ne pourront plus pénaliser automatiquement les compagnies, elles seront obligées de créer un plan de récupération et leur accorder un délai de 90 jours. Une fois cette période écoulée, les autorités reviendront pour un nouveau contrôle. Si, durant cette période, le contribuable a mis ses affaires en ordre, il ne sera plus sanctionné. Ce qui est, à mon avis, un très grand pas en avant. »


La loi sur le lobbying faisant partie du même paquet législatif est censée assurer la transparence des intérêts et des décisions dans l'administration publique. La loi du Partenariat public-privé est également très importante, car elle vise à améliorer la coopération entre l'administration publique, centrale et locale, d'une part, et les hommes d'affaires roumains et étrangers - de l'autre. Le projet d'une autre loi est en train d'être avalisé par le ministère du Milieu des affaires.


 Le ministre Ilan Laufer nous offre des détails: « A mon avis, c'est une loi très importante pour la Roumanie, pays qui a un immense potentiel d'apporter une valeur ajoutée. Plusieurs institutions internationales sont prêtes à accorder des fonds supplémentaires à la Roumanie dès lors que le cadre juridique du partenariat public-privé est créé. A mon avis, il est très important de comprendre que le moment est propice pour la Roumanie. Nous sommes plus visibles sur le plan européen et global et nous avons une grande capacité d'attirer des investissements en Roumanie. » 


Le programme Start Up Nation a été mis au point pour soutenir la création de nouvelles PMEs. Il dispose d'un budget de 380 millions d'euros, dont près d'un tiers de fonds non remboursables, le reste consistant en fonds provenant du budget d'Etat. L'Etat offre pratiquement une somme maximale de 40 mille euros pour démarrer une nouvelle affaire. 


Où en est-on avec ce programme ? Le ministre Ilan Laufer explique:  « Le programme est dans un stade très avancé. Beaucoup de bénéficiaires du programme ont déjà signé les accords de financement, même avec nos partenaires pour la mise en œuvre, et ils ont commencé à mettre ces projets en pratique. J'estime que nous finaliserons ce processus dans les plus brefs délais. C'est effectivement le programme le plus ambitieux de start-ups qui ait été créé et jamais déroulé dans l'Union européenne. Il s'agit d'un financement pour environ 9-10.000 compagnies, un exemple pour l'Union européenne, un programme qui apporte 21.000 entrepreneurs dans notre économie. Il s'agit d'une nouvelle génération d'entrepreneurs, avec une moyenne d'âge qui tourne autour de 36 ans. 45% sont des femmes entrepreneurs. C'est donc un programme d'une très, très grande importance et à très grand potentiel pour la Roumanie. »


Pour être aussi attractif que possible, le milieu des affaires de Roumanie a besoin d'un plus de promotion à l'étranger. A cet effet, le ministre Ilan Laufer a conclu un accord avec la Chambre de commerce et d'industrie de la Roumanie.


 Nous avons demandé des détails au ministre : « Premièrement, nous souhaitons que les missions économiques du gouvernement roumain à l'étranger deviennent plus efficaces. Je pense qu'il est normal d'avoir une collaboration aussi étroite que possible avec le milieu des affaires, qui souhaite élargir son activité dans différents pays où il y a des missions économiques gouvernementales. A cet effet, nous avons décidé, conjointement avec le président de la Chambre de commerce et d'industrie, M Mihai Dărăban, d'avoir un protocole de collaboration en vertu duquel chacun mette à notre disposition différentes compagnies qui sont intéressées à se joindre aux délégations officielles. Nous renforçons ainsi les relations étrangères et nous aidons aussi les compagnies roumaines à accéder à de nouveaux marchés. »

Les initiatives des autorités de dynamiser le milieu des affaires et de promouvoir les compagnies roumaines à l'étranger ne peuvent pas être vraiment efficaces en l'absence d'une mentalité favorable à la création et au déroulement des affaires, surtout parmi les jeunes. Ilan Laufer, le ministre roumain pour le Milieu des affaires, pense que, pour ce chapitre, il y a encore besoin de faire des efforts. 


SON : « Il faut être actifs ! Il faut encourager les gens à s'approcher de l'entrepreneuriat. Cela a constitué une des priorités depuis que j'ai repris le mandat à la tête de ce ministère. »
(Trad. Ligia Mihaiescu, Dominique)



www.rri.ro
Publicat: 2018-01-09 13:21:00
Vizualizari: 0
TiparesteTipareste