Découverte de Dâmbovicioara

découverte de dâmbovicioara Sortir des sentiers battus.

Aujourd'hui nous mettons le cap sur la porte d'entrée au Parc national Piatra Craiului : les Gorges de la Dâmbovicioara, une région ouverte à toutes les catégories de touristes. C'est ici que l'on peut pratiquer l'escalade, le VTT et l'agritourisme. D'ailleurs, le centre d'information touristique Dambovicioara met à la disposition des personnes intéressées un calendrier d'événements qui inclut aussi des défilés de costumes traditionnels et de festivals de promotion de la gastronomie locale. 


C'est une zone de montagne dans laquelle les touristes peuvent choisir nombre d'itinéraires, en fonction des préférences de chacun. Et une partie de ceux-ci ont été marqués à nouveau dans le cadre d'un projet appelé Remarking Romania, coordonné par Octavian Bodron, de l'Association Arttour. 


Octavian Bodron : « Nous avons souhaité promouvoir cette région du point de vue touristique. Nous avons suivi huit itinéraires balisés à différents degrés de difficulté. Il s'agissait de deux itinéraires faciles, soit des routes forestières que tout le monde peut parcourir pendant deux ou trois heures. Nous avons aussi des itinéraires à degré de difficulté moyen. Ils sont destinés à ceux qui ont déjà voyagé à travers les montagnes, qui ont un bon physique et disposent de certains équipements spécifiques. Nous avons également abordé des circuits à haut degré de difficulté, qui traversent les crêtes du Massif de Piatra Craiului. Il s'agit d'un trajet de huit - neuf heures qui nécessitent une bonne condition physique et de l'équipement spécialisé. »  


Cela fait 9 ans déjà que Raluca Busioc fait la promotion des Gorges de la Dâmbovicioara. Initialement administratrice d'un gîte rural, elle travaille actuellement au sein du Centre d'information touristique. 


Raluca Busioc: « Nous avons un éventail très varié de structures d'accueil : hôtels, gîtes ruraux, chalets, soit au total 650 places d'hébergement. Elles sont classées pour la plupart trois et quatre étoiles. La station de montagne de Dâmbovicioara vient d'être déclarée station d'intérêt national. Donc, côté hébergement, la situation est plutôt bonne. Même cas de figure côté objectifs touristiques. Nombre de touristes choisissent cette région parce qu'ils souhaitent visiter le Massif de Piatra Craiului, et surtout la Réserve homonyme. Elle a beaucoup de choses à offrir. Nous avons beaucoup d'espèces de flore endémique et rare et même unique au monde, comme l'œillet de Piatra Craiului qui ne pousse que dans cette région. »


Afin d'atteindre tous les objectifs touristiques de la région, il vaut mieux opter pour les tours guidés, recommande Raluca Busioc à tous ceux qui franchissent le seuil du Centre d'information et de promotion touristique de Dâmbovicioara : « Ils nous demandent des renseignements sur les itinéraires en montagne et il est mieux qu'ils soient accompagnés par un guide spécialisé, surtout s'il s'agit de trajets plus longs et plus difficiles. Il existe aussi des randonnées plus faciles, où les touristes sont accompagnés par un habitant de la zone. Ce sont des itinéraires de courte durée, à parcourir sans difficulté même par les enfants. Il existe aussi un parc d'aventure qui s'adresse aux groupes d'enfants ou d'adultes. Nous pouvons leur proposer aussi un repas à la bergerie, composé de produits spécifiques pour la période estivale. Et il faut aussi préciser que Dâmbovicioara est la meilleure zone pour pratiquer le VTT. » 


Une attraction touristique à ne pas rater, c'est la grotte de Dâmbovicioara. Elle a été découverte il y a plus de 4 siècles, en 1579, et elle dispose d'éclairage électrique depuis 1980. Vous ferez la connaissance de guides d'exception. Il s'agit d'enfants de la région qui ont appris l'histoire de cette grotte, qui sont prêts à raconter les légendes des lieux. Dès l'entrée dans la grotte se trouve un restaurant à menu traditionnel. 


Raluca Busioc du Centre d'information touristique Dâmbovicioara explique ce que vou trouverez au bout de l'escalier qui mène à l'entrée dans la grotte : « Toutes les informations officielles de l'époque de sa découverte indiquent le fait que des fossiles d'ours y ont été découvertes. Il s'agit d'un complexe de 50 grottes qui s'étale sur le territoire de la Réserve de Piatra Craiului.  La grotte de Dâmbovicioara en est la plus connue parce qu'elle a été aménagée à des fins touristiques. On la découvre en parcourant une passerelle éclairée, en métal, qui couvre les 250 mètres visitables de la grotte, puisqu'elle a aussi d'autres couloirs fermés au public. »

 

Raluca Busuioc nous invite à découvrir une autre zone intéressante de Roumanie, tout près de la grotte de Dâmbovicioara : « Il s'agit des gorges Brusturetului. C'est une zone qui n'a pas encore été goudronnée. Sans doute, le tourisme dépend surtout de l'infrastructure, mais, à mon avis, les routes sans asphalte sont idéales pour les randonnées dans la nature. Certes, il y a des avantages et des désavantages. En ce qui me concerne, ce qui compte le plus, c'est la promenade à pied en toute tranquillité. Pour ce faire, les gorges Brusturetului sont une véritable oasis de verdure pour les amateurs de randonnées au cœur de la nature. » 


C'est toujours dans ces parages qu'a trouvé refuge Carmen Victoria Bârloiu, la première femme reporter sur le front d'Angola. Née à Timisoara, elle a décidé de s'établir à Dâmbovicioara, où elle a ouvert un parc d'aventure et un Club de l'Amitié, dont la mission est d'apprendre aux enfants à protéger l'environnement. 


Pourquoi a-t-elle choisi Dâmbovicioara ? Carmen Victoria Bârloiu répond : « A mon avis, les zones dont on a fait une promotion intense, telles la Vallée de la Prahova, sont trop peuplées. C'est la région voisine de Rucar - Bran qui deviendra le futur pôle d'attraction pour les vacanciers. On y trouve de tout : histoire, paysages, une riche gastronomie, traditions, coutumes, métiers anciens. Et n'oublions pas que la ville de Câmpulung, qui a été la première capitale de la Valachie, est tout près. Il suffit de franchir la porte de l'hôtel pour se retrouver dans une zone chargée d'histoire. On découvre ainsi le Pont de Dâmbovicioara, construit il y a plus de 400 ans par le prince valaque Constantin Branconvan. Il existe aussi quelques croix en pierre datant de la même époque. On peut visiter aussi l'église qui porte le nom des Saints Constantin et Hélène, toujours une construction en pierre.  Et puis, la source de la rivière Dâmbovita, qui arrive jusqu'à Bucarest, est à retrouver dans les gorges de la Dâmbovicioara. On ne saurait oublier non plus les ruines de la cité d'Oratia, qui figure sur la liste de monuments nationaux, ni le parc culturel Everac (un musée de statues en plein air). » 


Voilà donc une destination où l'on peut se promener en toute tranquillité dans la nature et découvrir des monuments inédits ou tout simplement se reposer et faire la connaissance de gens très aimables.  (Trad. Alex Diaconescu, Valentina Beleavski)
 


www.rri.ro
Publicat: 2017-08-03 12:27:00
Vizualizari: 0
TiparesteTipareste